Toni Berau

Antoine BERAUD (lou felibre di Pèd-terrous). – Il est né à Manduel le 24 juillet 1844 et mort à Nîmes le 28 février 1932. Fils de paysan, lui-même paysan, il avait ouvert une petite épicerie-charcuterie sur la place du village. Oublié de tous il avait pourtant fait paraître dans le journal «L’Aiòli» deux poèmes «Lou mes d’Abriéu» et «A la Reino dóu Felibrige Mario Girard emé Jouacin Gasquet», et une chanson pour le Marquis Folco de Baroncelli «Cansouneto d’amista». On a retrouvé tout de même une cinquantaine de poésies, des cantiques, des chansons et onze «cansoun nouvialo». Toutes ces œuvres inédites, il a émis le souhait qu’elles puissent être un jour publiées sous le titre: «Mis emperialo». Il faut signaler que ce félibre était aussi musicien, composait ses chansons, chantait l’église d’une fort belle voie de baryton-basse et jouait du violon à la Société Philharmonique de Manduel.

La Plaque de Béraud à été placée sur la maison située au N° 20 du cours Jean-Jaurès, où il avait créé une épicerie-charcuterie. Lors de la création du Dimanche des Traditions (Fête votive 2003), la plaque a été dévoilée par Mme Sabatier, maire de Manduel et Florence Disset, première Reine d'Arles a être reçue à Manduel.